04 octobre 2018

La moitié des PME se disent freinées par leurs difficultés de recrutement

La moitié des PME ont du mal à recruter des profils experts, ce qui freine leur développement, montre un sondage OpinionWay pour JAM, société de portage salarial, publié ce jeudi 4 octobre.

La petite musique se fait de plus en plus entêtante : les entreprises ont du mal à trouver les compétences dont elles ont besoin pour se développer. Dans un sondage OpinionWay pour la société de portage salarial JAM, 52% des dirigeants ou DRH de PME et petites ETI (de 10 à 499 salariés) affirment avoir des difficultés à embaucher notamment des profils experts. Les entreprises les plus touchées sont celles de plus de 50 salariés (63% peinent, contre 48% des 10 à 19 salariés), celles de l’industrie et du BTP (64% contre 37% dans les services), et les PME de province (60% contre 27% en région parisienne).

"Il y a très clairement un fossé entre Paris et la province, qui se désertifie, analyse Frédéric Biard, président de JAM. On pourrait croire que les difficultés viennent du niveau des rémunérations. Mais les chefs d’entreprise les expliquent avant tout par le manque de qualification des candidats, puis par l’absence de candidats, qui peut s’expliquer par le manque d’intérêt pour les postes recherchés ou par l’isolement de la zone géographique du recrutement." Citée comme un frein par 13% seulement des dirigeants, l’exigence salariale des candidats n’arrive qu’en 4e position. Elle est plus souvent évoquée par les patrons d’Ile-de-France que par ceux des autres régions.

Faute de candidat, la PME attend

Une PME sur deux se dit même freinée dans son développement par ses difficultés de recrutement. Parmi celles qui peinent à trouver les bons profils, la plupart (41%) adoptent une position attentiste et ne font rien. La deuxième réaction des chefs d’entreprise consiste à recruter une personne en CDD ou en intérim, le temps de la mission ; la troisième à former des collaborateurs en interne. 11% des entreprises annoncent avoir transféré la mission qu’elles voulaient confier à un nouvel arrivant, à un salarié déjà en place, en plus de son travail habituel ! Et 4% des PME renoncent au recrutement. Que les candidats ne rêvent pas : 1% seulement des entreprises ont cédé aux exigences du candidat pour trouver coûte que coûte un salarié.

Société de portage salarial, JAM voulait savoir si ces entreprises, face à leurs difficultés de recrutement, pensaient à recourir à un prestataire extérieur. Seules 7% des PME ont adopté cette solution, alors qu’elles sont 57% à avoir déjà eu recours à des sociétés de services ou à des indépendants. "Pour 45% des entreprises, recourir à un prestataire extérieur présente un risque ! On n’est pas un peuple d’indépendants !" regrette le dirigeant de JAM. Qui aimerait les convaincre que les cadres expérimentés peuvent utilement répondre à leurs besoins, sous statut de free-lance, micro-entrepreneur ou en portage salarial...

CÉCILE MAILLARD - L'USINE NOUVELLE - 04/10/2018

27 septembre 2018

Tableau de bord mensuel de l'activité industrielle - Résultats de juillet 2018

La production manufacturière augmente de nouveau en Juillet 2018

Lire la suite
05 octobre 2018

Usine du futur : recentrez-vous sur l’humain !

Le concept d’usine du futur nous vient tout droit d’Allemagne, avec la volonté de faire monter en gamme l’industrie allemande devant la concurrence asiatique.

Lire la suite
Partager cette page :