05 octobre 2018

Usine du futur : recentrez-vous sur l’humain !

Le concept d’usine du futur nous vient tout droit d’Allemagne, avec la volonté de faire monter en gamme l’industrie allemande devant la concurrence asiatique. Cependant, avec l’accélération des innovations industrielles, le concept est entré dans une nouvelle dimension. L’avènement des nouvelles technologies ouvre en effet  le champ des possibles au niveau de la transformation et de l’amélioration de la performance de l’industrie.

Même si la majorité des entreprises s’est appropriée le concept, beaucoup d’entre elles l’associent à un développement plutôt technologique, oubliant parfois de placer l’humain au coeur de cette transformation. Alors, ensemble, balayons les idées reçues sur l’industrie du futur.

L’usine du futur, ce n’est pas que… la technologie

L’usine du futur repose sur plusieurs enjeux : économiques, technologiques, organisationnels, environnementaux et sociétaux. Les marchés sont ultra-concurrentiels, l’innovation se développe rapidement et les clients attendent un niveau de service premium. Les entreprises doivent s’adapter et mettre en oeuvre les moyens nécessaires pour s’adapter à cette évolution. L’usine doit alors être repensée.  
Les industries doivent faire preuve d’agilité et de flexibilité pour rester compétitives. Elles doivent également repenser leurs offres et proposer de nouvelles fonctionnalités à leurs consommateurs, avec le meilleur niveau de qualité possible. Pour cela, il est nécessaire de repenser les processus de production. Ces derniers doivent être agiles, facilement paramétrables et se connecter avec tous les acteurs de la chaîne de valeur.  

Les industriels s’appuient donc sur les nouvelles technologies : l’IoT (Internet des objets), le Big Data, l’interopérabilité entre toutes les machines, les logiciels de pilotage de l’activité, les robots collaboratifs, la fabrication additive… Le but de tous ces outils étant d’obtenir les informations de production en temps réel et de réaliser des autodiagnostics afin de permettre l’adaptation des procédés et des équipements de production pour renforcer la performance des processus de fabrication. Ces technologies permettent aux entreprises de proposer des produits et services compétitifs plus fiables et répondant aux attentes des clients. Ainsi, l’industrie, souvent considérée comme en retard sur sa transformation par rapport aux entreprises tertiaires, se modernise et apprend à tirer profit du digital.  

L’usine du futur, c’est aussi (et surtout !)... l’humain

Pour relever les défis de l’usine du futur, la production doit être repensée, mais ce n’est pas tout. Il est nécessaire de revoir l’organisation globale de l’entreprise. En effet, impliquer les collaborateurs et les placer au coeur de cette transformation permettra à l’entreprise de tendre vers l’excellence opérationnelle. Tous les efforts de digitalisation et de modernisation de la production peuvent être réduits à néant si les collaborateurs ne sont pas impliqués dans le processus et ne se sentent pas concernés.
D’après une étude menée par EY*, 78% des dirigeants interrogés mettent en avant le développement des compétences des collaborateurs comme principal défi pour entamer la transition vers l’industrie du futur. La formation des salariés est donc un véritable levier de performance. Mais ce n’est pas tout, il convient de repenser le mode de management pour encourager les collaborateurs à développer de nouvelles compétences et utiliser les outils digitaux à leur disposition.

Mettre en place une solution de management visuel digital permet de responsabiliser les collaborateurs. Grâce à la diffusion des information en temps réel, les ouvriers deviennent plus autonomes et la communication entre les équipes de production est facilitée. Dans cette configuration, les managers ont donc maintenant un nouveau rôle, celui de coach plus que de supérieur hiérarchique, afin d’exploiter au maximum la valeur ajoutée de chacun d’entre eux.

Si l’humain a souvent été négligé au cours des différentes révolutions industrielles, l’usine du futur vise à le placer au coeur de la production, comme acteur majeur de l’entreprise. Les industries doivent donc allouer les moyens nécessaires à la formation, repenser leur mode de management et mettre en place les outils adaptés à cette transformation.  

* Etude EY  “Croire en l’industrie du futur et au futur de l’industrie”, 2017

04 octobre 2018

La moitié des PME se disent freinées par leurs difficultés de recrutement

La moitié des PME ont du mal à recruter des profils experts, ce qui freine leur développement, montre un sondage OpinionWay pour JAM, société de portage salarial, publié ce jeudi 4 octobre.

Lire la suite
10 octobre 2018

Emmanuel Macron veut un dispositif antitrust plus fort pour préserver la tech européenne

Emmanuel Macron a annoncé mardi qu'il porterait des propositions contre les positions dominantes dans le cadre de la campagne des élections européennes de mai 2019, y voyant une condition de survie pour les entreprises technologiques europ

Lire la suite
Partager cette page :